Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 04:48

 

Mais d'abord, écoutons Eduarda Henklein faire une petite démo de * baterista * dans la boutique "Graves e Agudos", à la Cidaded das Flores (Joinville, Santa Catarina). Juste pour le plaisir.

(Pour cette vidéo-ci, ouvrez Facebook.)

Maintenant on se calme, on branche ses écouteurs, volume maxi, et on regarde jouer et chanter la princesse du rock, Duda, Dudiñha pour les intimes.

* Live sur la TV brésilienne SBT Canal 4, programme Raul Gil, 21 mai 2016 *

 

"T.N.T. I'm DYNAMITE", de AC/DC, puis "Bring Me To Life", de Evanescence.

 

On réécoute 1 fois, 2 fois... et on s'inscrit à sa chaîne YouTube.

Afin de découvrir Eduarda Henklein  incroyable petite prodige sur les réseaux sociaux, voir mon article d'il y a un an (21 août 2015, précisément) :

-->  http://tobydammit.over-blog.org/2015/08/une-nouvelle-rockstar-est-nee-a-la-batterie-la-petite-prodige-eduarda-henklein-5-ans-joue-deja-comme-une-reine.html

 

Royal, je vous octroie un bonus : Duda jouant et chantant "Black Dog", de Led Zeppelin - où elle allie l'énergie de sa maestria avec le coup de la chevelure, figure illustrant enthousiasme, beauté, humour, génie, joie de vivre & authenticité.

(Vidéo postée sur YouTube aujourd'hui même)

 

Um grande beijo a todos ;)


Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 00:53
Eduarda Henklein em entrevista para um rádio brasileiro

Eduarda Henklein em entrevista para um rádio brasileiro

Full screen, please

Eduarda Henklein - 6 years old - Drummer COVER Slipknot,"Psychosocial" - April 21, 2016

* Joinville, Santa Catarina, Brasil *

 


Photos : https://www.facebook.com/eduardabatera

Um grande beijo a todos ;)
 

Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 20:00
 

Full screen, please

 

Drum cover Led Zeppelin - Black Dog / Eduarda Henklein (5 Years old) from marcos daniel henklein on Vimeo.

 

À la batterie, la jeune prodige brésilienne Eduarda Henklein fait le buzz sur youtube depuis l'âge de 4 ans, mais il y a eu un déclic quand son père, également musicien, a accepté début 2015 qu'elle étudie la batterie afin de devenir professionnelle. En quelques mois, ses progrès ont été fulgurants, elle a été invitée sur une télé brésilienne, puis à des démonstrations à Rio de Janeiro et dans tout le pays. Les plus grands du heavy metal, aujourd'hui, la considèrent comme la musicienne la plus prometteuse du rock.

Quand on la voit jouer, Eduarda Henklein ne fait pas que démontrer sa virtuosité, elle véhicule une passion et une joie de vivre où l'on peut lire à la fois cette ambition et cette humilité indissociables à la réussite - chez les artistes comme chez tout créateur.  

Née le 8 août 2009, elle vient tout juste d'avoir 6 ans.

Pour la suivre :
- Sur Facebook :
https://www.facebook.com/eduardabatera
- Sur Google + : https://plus.google.com/u/0/+EduardaHenklein/posts
- Sur sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCzaEjc9xTG-HwDwTzonwpYw
- Sur Twitter : https://twitter.com/eduarda_batera


Allez, on va pas se quitter sans écouter notre adorable rockeuse Eduarda Henklein jouer une autre masterpiece à la batterie, "Toxicity" de System Of A Down.

 

 

Um grande beijo a todos ;) .

Terence Carroll  

Partager cet article

Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 01:22
          
       
*Ceci dit, ceux qui me connaissent savent que ça va foirer.*
La fatalité, c'est mon truc ;) .

Cf. sur ma page FB - I, me & myself Terence Carroll
(in "Les neuf vies de Terence Carroll").


PS : La sublime fille oversexy - en débardeur blanc et jean - est la merveilleuse danseuse portoricaine Gia Padilla. Ici nous sommes à la Boca Chica en République Dominicaine, RV bien connu de la fête en Amérique Latine, et elle danse une bachata - malicieuse et jubilatoire variante de la salsa.    

Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 01:55
 

2U, Derdre mon amour
Pour toujours et à jamais


Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 04:35



Je me suis peint cette nuit, pour mon anniv solitaire, en enfant sage à la tristesse tranquille, pas si tranquille, triste en fait, méditatif, je me suis peint méditatif et triste, seul, seul, à jamais seul, mon seul cadeau je me le suis offert moi-même, cette toile, que j'ai appelée "Le petit prince", ben oui on s'refait pas, tellement narcisse que ma morale est une jouissance auto-érotique : me peindre en enfant sage, rêveur, si seul, le fond est dépouillé, d'où le suicide final. C'était un bel anniv. 


 


Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 22:54



     "Marcher sur le fil du rasoir, c'est vivre. Le reste n'est qu'attente."  Karl Wallenda

     Sur cette vidéo, le funambule a 70 ans...





     Qd il prononce les mots que je cite ci-dessus, il a 73 ans. Qqs jours après, il tombe. En dépit du vent qui soufflait en tempête, il avait commencé la traversée. 

     Karl Wallenda est mort le 22 mars 1978.

     Mon seul, unique héros. Tu comprends ? Le vent soufflait en tempête. Je suis mort mon amour. Pardon.




Terence

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 18:00


1.-  Je revois le film de notre rencontre. 
Toi ma promise devant ton écran, lis calmement c'est à toi que je parle. Demain cela fera vingt et un jours que je t'ai passé la bague au doigt.

C'est toi qui m'a reconnu la première. 
Tu es venue, tu m'as écrit : ... Ce qui signifiait, en ta langue : 
"Enfin je te trouve, Terence ! Tu t'étais perdu, et moi seule te savais encore de ce monde. Aujourd'hui, je te retrouve, je te reconnais à peine, mais qu'as-tu fait pour t'être ainsi fourvoyé ?

Cependant c'est bien toi, ne perds plus confiance, désormais je suis là."

"Dis-toi bien que même lorsque je ne suis pas là je suis là."


2.-  Souvent je me dis « Comment signer ? ». Inaccessible compagne, j’ai tant et tant de noms. Aucun ne prime sur un autre. Ici en moi nous sommes tous égaux.

Ici je suis Terence, comme sur Compuserve ou sur Alpha du Centaure. Cela n’a guère de sens. Le mot ne porte pas son propre sens. C’est moi qui l’utilise à mes desseins, lesquels prendront alors leur véritable sens…

Et tu parleras enfin. Avec mes mots. 
Tu m’appartiendras.



3.-  Mais tu as un fantasme de viol. Tu fais semblant d'avoir très peur… tu as peur que je te touche… et je trébuche. Tu es surprise, tu te penches sur moi. Je suis allongé, ma main effleure ta cheville, et remonte lentement. Tu ne veux pas, mais ne fais aucun geste, TU GOUTES TA PEUR.

Tu goûtes à la Faute Originelle… Oh mon Dieu ! Que c’est bon de fauter !


4.-  Artiste-peintre, mon nom est Matthieu Justice. Ce nom est une clef facile. Il peut te mener jusqu’à moi.

Jusqu’à mon corps, « obscur objet de désir ». L’une de mes toiles porte pour titre : « Je suis en Lucifer ce qu’il est l’Univers. » Comprends-tu ?

Car je me suis aussi appelé Adelphe l’Exorciste. Des maisons « possédées » je faisais fuir les démons. Chacun se pâmait devant mes exploits.

C’était si simple. Etant le Maître des démons. J’ai beaucoup ri de vos visages éblouis, humains, je ne me moquais pas car moi qu’on nomme le Mal, moi l’Ange déchu par Dieu, je vous aime.

Ne me faut-il pas vous faire entrer dans la danse, cependant ?


5.-  Je fabrique un romancier culte, de toutes pièces, dans mon laboratoire. Terence, le beau, sculptural et néanmoins terrifically  introverti Terence est l’être de haine auquel moi amour je suis identifié.

Ceci fut produit par deux millénaires de mutations, je suis celui qui porte tous les noms...

Lorsque sachant votre mort prochaine vous appelez à l’aide, c’est moi que vous appelez.


6.-  Vous êtes dans mon Moyen-Âge personnel, je suis Adelphe, tout à la fois Terence, et suis poursuivi en sorcellerie, ce qui ne manquera pas de condamner mes bourreaux, et de renforcer mes pouvoirs.

Adelphe ou Terence je suis, promenant ma silhouette sombre sur les bords de Seine, à l’affût mais sans haine.

Jeune homme à la figure pâle et longue, je me rendais dans les caves techno-gothiques où, ni vu ni connu, je prenais possession de l’esprit du Grand Prêtre et menais moi-même les rites des Messes Noires.

A propos, jeune fille, le vrai « Romantisme Noir », mouvance dont je suis le fondateur, c’est ça.


7.-  Je te parle dans ton sommeil, ma chérie. Mes petites esclaves n’ont pas encore installé de PC dans mon cercueil.

Cercueil à deux places, en forme de Buick Thunderbird rouge (modèle 1962), 220 km/h au compteur pour aller plus vite quand je dors, et voir le paysage défiler quand je m’éveille.


8.-  Oui, ma compagne morcelée de milliers d’écrans, j’ai vu cet océan d’écrans, et la nuit noire, et les hurlements des naufragés, je les regardais me supplier, comment pouvaient-ils savoir que c’était moi qui de mon écran avais écrit leur destin…

Et moi qui, aujourd’hui, prenais note en témoin de l’apocalypse que j’avais lancée, et qui scrupuleusement sur l’écran décrivais leurs gesticulations, leur désespoir avant d’être à jamais engloutis.

Je suis la Cause, je suis le Témoin. Ainsi je suis le scribe de Dieu – l’Unique Epée du monde.


9.-  J’ai retrouvé une vieille inscription sur l’ordinateur. Avec la date. As-tu comme moi ressenti l’étrange magie qui s’est opérée cette nuit-là ?

Tu es arrivée à un stade avancé – sinon comment, sous mes masques, m’aurais-tu reconnu ? Toi qui n’a pas pratiqué les textes sacrés…

A lire, relire, à en mourir et renaître chaque fois : Terence, sous sa signature, et la terre mère, l'Irlande !!!


10.-  Un jour je te montrerai des bouquins qui te catapulteront aux confins de la lucidité. Tu n’es pas encore prête. Tu dois passer quelques paliers, sinon ton corps pourrirait en quelques heures.

J’ai écrit « Clefs pour l’Irlande » - qui signifie « Clefs des arcanes majeurs ». Tu liras ça, lorsque tu seras désignée pour être à mes côtés m’assister dans l’une de mes tâches : réécrire l’histoire – écrire l’underground qui a tout contrôlé depuis des millénaires.

Je le ferai, avec ou sans toi, mais si tu es désignée, tu diras oui car tu te reconnaîtras. 
Ce miroir tu l’attends, ne crains rien regarde-moi : il t’es promis.



11.-  Je suis créature féline et féminine tout autant. Tu sais que lorsque je choisis ma signature, ce n’est pas sans une primesautière et jubilatoire réflexion.

Car je suis aussi une fille. Gamin, j’étais une fillette adorable, déjà disciple de Sapho. 
Regarde la « Naïade » de Rodin, et c'est moi que tu contempleras…



12.-  « Alektô, souviens-toi de ta promesse… » Injonction vipérine et menaçante.

Et la déesse descendue de l’Olympe continue de tricoter un pull au pauvre Prométhée en haillons. Prométhée a perdu la raison, mais il lui reste la lumière. « La lumière… N’éteignez pas la lumière !!! »

La lumière est cruelle, elle permet de distinguer les traits du bourreau.


13.-   Où es-tu mon amour ? J’ai mis Vladimir Vissotski sur le pick-up. Sa voix rauque, hamletienne, hurle la misère des peuples, et leur espoir.

Du temps de mon anorexie j’étais descendu à 51 kg – pour 1m87… Squelette sortant d’Auschwitz, dont la nudité spectrale n’était masquée que d’un slip en dentelle. Oh c’était il y a bien longtemps. Devine si c’est vrai…

Tu vois, toi ma mélodie intérieure et qui ne le sais pas encore tout à fait… 
Toi ma petite cyberpunk préférée, tu vois, je suis maître de mon équilibre. Dès lors, suis la voie que je te trace sans aucune crainte.



14.-  A toi, ma douce, à toi impitoyable aussi, à toi je dis : sauve-moi de ma confusion.

Sois la fée ultime qui me « félicitera » de ses caresses, étrange Ondine, ta vérité est TOUJOURS sainte, et donc parfaitement érotique, faite pour être VUE, pour être aimée, gamine sauvage et enchanteresse, CHARNELLEMENT.

« Je suis belle, je suis fraîche, je suis superbe ! » 
Fragile et humble enfin, après tant de jeux, OFFERTE.



15.-  Ô ma cruelle enfant, es-tu rentrée, ce soir, le cœur habillé de voiles à dévoiler, avec ta malice à double sens, que j’aime.

Tu es sortie, m’abandonnant sans protection. Tu découcherais, donc, et t’abandonnerais à l’éphèbe d’un soir ?... Laissant l’enfant Terence seul, assoiffé, maudissant son amante infidèle.

Il est suicidaire de m’abandonner.


16.-  Combien de crimes cette nuit, ma belle enfant ?

Ce mercredi, j’ai rêvé que je triais des milliers de racines plantées bien régulièrement au plafond de notre voûte. Ces racines suspendues, irradiées de notre amour, avaient pris de singulières couleurs, qui se mêlaient tout en se déplaçant en images kaléidoscopiques.

Je triais ces étranges racines nées des sécrétions de nos désirs, et puis j’en ai eu marre, je suis sorti de la caverne de nos sommeils.

Douche froide, shampooiné, peigné, parfumé, maquillé, aussitôt, venir t’enlacer, que se serrent et s’étreignent nos corps  sauvages. Gigi, alias Terence.


17.-  Galéjade, fragile mortelle ! C’est toi qui un jour puisera ma puissance ! Chaque nuit nous choisirons nos enfants.
Tu me seras fidèle.



18 .-  M’aimer, me rejeter, m’aimer, me rejeter… Tu oscilles ? Il reste des traces de lâcheté, en dépit de ta puissance.

Petites choses à vaincre pour parvenir à la maîtrise magiste luciférienne : la peur, l’impatience, la générosité, la pusillanimité, les nerfs surtout (agents de désordre, donc ennemis de la puissance).

D’ici je t’entends : « I’m gonna be mad, I’m gonna be mad…» That’s right, Pleine Lune ou pas.


19.-  Ma Roxane, ma rock exsangue, reine du yin… A propos de yin…

Je t’ai parlé tu te souviens ? de Kuan Yin, déesse aux mille yeux et aux mille bras. Dans la voie tantrique – as-tu la souplesse qu’elle demande ? – Kuan Yin montre le chemin à ceux qui  acceptent les rites initiatiques qui te dénudent, de tes vêtements dans tous les sens de l’expression.

Nue tu seras, mais tu ôteras aussi tes vêtements intérieurs. Là tu connaîtras la jouissance pure… l’initiation.


20.-  Une nuit je t’appellerai pour… ce que tu sais. Ma longue chevelure ondule sur ma nuque et y attendent tes caresses. As-tu des amants terrestres ? Je suis… possessif. Et implacable.

Quand mes doigts auront redessiné ton corps et fait se convulser tes reins, que tes yeux se seront fermés s’ouvrant au sourire éternel de l’instant de joie sublime, tu m’appartiendras et la magie nous unira au rang des dieux.

Nous nous ressemblons ne l’oublie pas.

 

 

 

Terence Carroll

Partager cet article

Repost0
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 16:15


 


 

Terence Carroll
 

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 19:13


Pour Laure,
cette piqûre de rappel,
"Regrets éternels"



Dans la rubrique "Amours : mes ruptures", je n'ai jusque-là posté qu'un article. C'est pas que je trouve le sujet délicat. Mais bon...


Et puis, y'a pas d'blême, les pauvres petites chattes je change leurs prénoms... Tjrs gentleman, Terence.

Je culpabilise ? Pas tant  que ça - sinon je garderais pas si précieusement les photos des étreintes, les films des prouesses athlétiques, etc.

Oui je précise, chez moi, y'a pas que des dictaphones branchés en continu, y'a les caméras.

Faut avouer qu'au visionnage c'est sensations garanties, waou c'qu'on est beaux, ou merde ça y est je pleure, ou fou rire, bref ! je suis Grand Archiviste devant l'Eternel, et Dieu au Jugement Dernier pour mon cas perso je lui fais tout le job - merci c'est calculé, c'est un deal comme aux United States on plaide coupable c'est tout bénéf et le truc, les "circonstances atténuantes", on s'en tire avec retour gratis à Disneyland, ses fées gore et ses princesses à poil, 20 dollars la turlute, 40 le tire-bouchon chinois -  la vie normale, quoi. Merci Mac Carthy.

Bon, je suis un collectionneur repenti. Quoique.

Voilà. Qqs pièces à conviction avant autopsie, en guise de branlettes "Voici voilà", "Gala" style, mais surtout un bel hommage à la condition féminine.

Je commence par la petite lettre d'une fille qui, qd on vivait ensemble, avait 16 ans (moi 24) et avait ce truc "premier amour" hystérico-spontané sublime - et ce genre de filles faut faire gaffe c'est une drogue dure je m'y connais, putain le manque après ! et dans la journée faut en choper une autre, grave le manque surtout qd elles baisent géniales, et Isa elle était comme ça, un petit génie.

De la baise. Pas pour écrire des lettres :

 


Mon amour chéri, je viens de rentrer.


Mon amour comme tu m'as fait mal, je ne peux pas croire que c'est toi qui me traites ainsi ce n'est pas mon amour.

Tu m'as dit que tu nous n'avions plus rien à nous dire et que tu te foutais de ce que je faisais.

Je vais essayer de faire comme toi et "classer" notre histoire. Je te l'ai dit je vais sortir avec n'importe qui. Je dis pas ça pour t'embêter mais parce que si c'est fini il faut que j'essaie de m'en sortir et de m'étourdir et la seule solution c'est de prendre un amant qu'il meuble ma vie un moment.

S'il y avait encore un espoir pour nous deux je ne le ferais pas si tu pouvais me traiter autrement en ce moment je serais moins désespérée.

Si tu as quelque chose à me dire viens me chercher demain soir à la sortie du lycée.

Sinon pour les clés je les garde je viendrai avec mon frère pour mes affaires.

J'espère tout de même que tu viendras me dire au revoir à la maison. Je te fais pas du chantage essaie de comprendre.

Mon amour je t'aime.


Isabelle

 


C'est tellement mimi. Je te devais bien ça, Isa, t'as pas vécu pour rien, maintenant t'es en ligne et putain non seulement t'es célèbre mais tu vas en faire, des jalouses !

Bon j'ai choisi une bafouille hyper soft pour cette 1ère "lettre de rupture".

Qui d'ailleurs n'en a pas été une, elle a été qu'un avant-goût, le meilleur c'est tjrs pour la fin.

Le lendemain elle me croise dans la rue faisant le mariole avec une autre gamine tout aussi belle et oversexy, elle s'est jetée sur nous deux en hurlant - ma copine effrayée la jupette ras le bonbon (je précise car ça rendait la scène super rigolote) levant haut les bras se protégeant le visage -, puis Isa en larmes à genoux sur le trottoir - et grave l'attroupement - s'agrippant à moi elle a supplié en sanglots avec de grandes tirades incroyables c'était sublime - théâtre happening gratis - pour les zombies parisiens engoncés d'ennui c'était la fête.

Et moi le truc, merde, je bandais à mort, c'est comme un rêve son petit cul, et ses sanglots, et à genoux elle sait faire ça aussi ? je l'ai relevée - applaudissements de la foule -, carrément portée dans mes bras (elle pesait même pas quarante kilos), c'est comme qd on fait du cheval et que c'est tellement beau au galop on fait corps on forme qu'un seul animal, j'ai couru and back home oui c'est pour consommer tout de suite qd c'est tout chaud et ça l'a achevée.

Qqs jours après elle s'est pendue.

Putain la spontanéïté.

 

Terence Carroll

Partager cet article

Repost0

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl