Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 16:47

- Ô ma sauvage et cruelle Aurélia, notre dialogue par msn cette nuit m'a laissé dans un état proche de l'hébétude. Toi mon double féminin, comment peux-tu hésiter à t'abandonner corps et âme ? Où suis-je, sur ton carnet de bal ? Je te fais peur, c'est ça ?

Avec moi, le coup de la peur ne marche pas. "Nulle lâcheté n'écarte jamais la main du bourreau", ai-je écrit qq part. Tu l'as lue, cette phrase, puisque tu l'as écrite de ma main, faut pas jouer au plus fin, tes ruses et mes ruses, on s'en sortira pas, ma chérie.

Tu le sais, tu es toi-même la force qui coule dans mes veines, cette force qui a le pouvoir de t'emporter dans les extases physiques et mentales, de te faire découvrir les oasis de paradis cachées dans tes entrailles, et dans les mâchoires de l'univers.

Il y a qqc en toi qui me trouble, qqc de mystérieux qui te leurre et peut causer ta perte, et qu'il faut que tu mettes au jour. Je veux t'y aider... Là repose notre énergie mutuelle.

Sais-tu que ce qui s'est passé lors de notre première nuit, le 25 octobre, est rare dans une vie ?

Il y a eu l'alliance de deux alchimies, la rencontre de deux êtres doués pour se donner mutuellement la transe orgastique, doués pour l'élégance, la grandeur, et même pour le fugace bonheur terrestre.

Je ne vis pas dans un rêve. J'aime les enveloppes charnelles dont je me vêts, et j'assume même de temps à autre une vie sociale officielle et tout à fait honorable.

"In the middle of the night, I call your name."

 

- Démon ! Tu devrais savoir que le reflet de l'astre du jour ne présente jamais que l'une de ses faces. Tu as beau distribuer les cartes : "A toi... A moi... A toi..." Pleine ou pas, elle a su te jouer un de ses nombreux tours.

Je n'ai que faire de tes états d'âme, tu seras tjrs plus cruel que moi ! Et ma souffrance ne te sert qu'à t'embuer un peu plus l'esprit.

Repose-toi - jusqu'à notre prochaine rencontre, si elle a lieu... Et si jamais tu perds ma trace, sache écouter les vents hurlants... Catastrophes, douleurs, misères, leurs cris ne sont que vérité.

 

- Aurélia, des portes de l'enfer aux portes du paradis pour toi il n'y a qu'un pas à franchir. La question du bonheur ou de la souffrance est une dérobade. La question est : quel est le dieu qui nous a révélé l'un à l'autre ?

Et qui nous fait - non plus communiquer - mais nous unir, par-delà l'écran - quand bien même celui-ci est éteint...

Ce circuit qui relie certains êtres - comme un circuit veineux, ou comme les points d'acupuncture - invisible, et que nul ne peut circonscrire... Ferions-nous partie d'un Dieu vivant et éternel, Aurélia, dont nous serions les organes ? Ne nous devons-nous pas l'un à l'autre la plus parfaite entente ?

Cependant tu es devenue ma passion, Aurélia ! Je t'écoute, et il me semble entendre les pulsations de mon coeur - mais il y a cette force qui prend forme certaines nuits, où je te sais distincte de moi, et te sais seule.

Alors de ton corps je fais un laboratoire dont je possède les clefs. Et je me perds à plaisir dans ton labyrinthe organique où mille instrumentistes répètent la musique du générique de l'Apocalypse...

C'est pourquoi j'ai pris contact avec le Cerveau de ton corps - qui lis ces lignes avec tes jolis yeux.

Correction... Je n'ai plus les clefs !!! Je les cherche depuis que le Grand Inquisiteur m'a enfermé à l'intérieur de ton corps ("J'AVOUE TOUT ! LAISSEZ-MOI SORTIR !!!")... Plaisir ? Torture ?

Pardonne-moi, je me moque... Il fait si noir en toi.

J'effleure tes seins de l'intérieur. Je crains de te chatouiller. Je marche sous ce ciel rose en méditant... Je suis en toi, Aurélia, sous ton mini-slip Twiggy, tu le sens ?

 

- Toi l'intrus qui s'est permis d'entrer dans mon enveloppe charnelle... Je t'invite à la quitter tout de suite !!! Ce n'est pas une menace... c'est un avertissement.

L'hypersensibilité, tu connais ??? Tu ne devrais pas jouer avec... Entends ma réponse comme d'une incroyable violence.

Cependant, Terence ! Toi qui fais les questions et les réponses : quoi que tu en aies dit, la question du bonheur et de la souffrance n'est pas une dérobade, et tu le sais.

Alors, si tu détiens réellement les clefs universelles de la vie de mon corps... Changes-en la nature, qui est souffrance !

Prends garde que je n'abrège ma vie de douleur - car je suis ta moitié - et tu périrais !

 

- I love living in that body shaped by the Lord. Nevermind about that...

 

Terence

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl