Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 06:46
 
Terrible coup de blues cette nuit - à tel point que vide de mots - anéanti.
ANEANTI. C'est exactement ça. Pas la première fois - mais ça faisait longtemps. Prêt à une grosse connerie - une rechute bien crade.
Incapable d'exprimer ce désespoir imbécile j'ai longtemps, longtemps cherché dans youtube une chanson qui exprimât de façon simple mes larmes, mes regrets, cette sensation d'irrémédiable solitude.
Au bout de plusieurs heures, épuisé et le coeur explosé de détresse,  je suis tombé - ça te paraîtra total ringard - condamne-moi, fusille-moi je ne mérite aucune indulgence, d'ailleurs je méprise la pitié - sur un vieux truc qu'à un autre moment j'aurais pas supporté une seconde.
Un poème, Les Passantes, une chanson de Georges Brassens venue d'on ne sait d'où, sublime (qu'est-ce que je raconte ?), qui m'a pris à la gorge.
Comme par hasard uploadée sur youtube y'a que deux jours.
Exécute-moi, flingue-moi, ou, pire, passe dans une totale indifférence pour ne jamais revenir, mais je mets le lien et la retranscris ici.
Tel, je suis déchiré ! Alors me pardonne rien, cette impudeur est aussi misérable qu'incongrue...
L'invincible "guerrier" est cette nuit abattu au champ de ses prétentieuses chimères. Un seul éclair de lucidité et le voilà aveuglé, se débattant comme un gosse contre ses fantômes.
Mon imbécile orgueil veut encore à cet instant intervenir et me faire effacer cet article de tarlouze.
Mais avec la même fureur qu'un jour j'ai boxé mes vitres - me tailladant les veines -, aujourd'hui je piétine mon honneur sans vergogne, car c'est bien lui qui m'a fait commettre tant de criminelles erreurs, et qui a détruit ma vie, souillant à jamais l'image sainte que je rêvais de moi.
Conscient de briser ma sublimissime image (my ass !) - transmettant cette satanée douleur obscène - qui ne m'a pas même pris par traîtrise, je l'ai sentie venir mais j'avais ri de la voir tenter de m'escalader...
Je comptais ci-dessous taper l'intégralité du poème - je suis out. Voici le lien :
Ce faisant, je suis pas dupe je me tire une balle dans la tête, que m'importe ! - submergé par l'infâme sensation de l'inutilité théâtrale de tout.
 
    
   
 
 
  
Terence Carroll
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lili 18/12/2006 12:35

Toi, enfin ...

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl