Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

27 novembre 2006 1 27 /11 /novembre /2006 04:13

 

Pourquoi ai-je tant de mal à écrire, à PASSER A L'ACTE ?

C'est quoi, passer à l'acte d'écrire, sinon passer l'essentiel sous silence. Ce que l'on tait est tjrs plus important que ce que l'on dit.

Le paradoxe étant, pour moi qui ne suis capable de souffrir que si je cesse de m'autocensurer, la nécessité absolue d'écrire.

Je n'ai pas le choix des armes, ayant résolu - avec la création de ce blog il y a un mois et trois jours - de cesser de me destroyer dans les artifices, les coups de dés, la foire aux embrouilles et la roulette russe, offres du real world by night à chaque coin de rues.

J'écoute, terrorisé.

...Les pas hésitants qu'effrayé la nuit l'enfant écoute juste au-dessus de lui, là-haut dans un grenier qu'il sait être vide et bouclé depuis des siècles...

Mon imagination fait chaos, ça se heurte dans mon cerveau malade, ça martèle à l'intérieur, comme une piste de snooker où les boules de démultiplieraient sans cesse.

Les aventures, les récits du présent et du passé se bousculent, et tel de la table d'invités le néophyte assigné face au bouchon d'une bouteille de champe qui menace de sauter, j'hésite à desceller le fil de résistance tout en sachant très bien qu'inévitablement les personnages et les idées vont m'exploser à la figure.

Réfléchir aux ETAPES. Aux articulations du passage à l'acte : se lever - s'apprêter - sortir - rencontre - planquer la tablette de speed - allumage - frôlements - come back home - jeux - pénétration - l'instant pointu - fécondation - gestation - accouchement - éducation - maturation - cristallisation - sagesse - immortalité - et enfin écrire.

Terence, dont l'une de tes devises - "no choice, passer à l'acte et à l'aveuglette, no question" - te masque tout commerce avec autrui hors la baise "anonyme et éphémère" - ces deux mots eux-mêmes étant faits pour "s'aimer", se mêler, et se la couler douce entre les cuisses.

Cependant !!!

Cependant ici par ce blog et ses liens croisés je me trouve soudain, comme dans la vie délaissée, face aux amours impossibles, et encore, encore le canon froid dans ma bouche le doigt inflexible sur la gâchette, forcé de mettre fin à mes jours.

"On admire le jeune homme qui s'est suicidé. On l'admire, mais on ne l'imite pas." (Lautréamont, Chant n° 2)

 

1 h 45

 

De toute situation j'accuse réception, et la condamne, sans rémission.

Emettre et démettre, à la manière de ma déesse inconnue - oui j'ai cédé mais je me repens puisque dés est-ce même - La Rédemption ? - Des clous !

"La rédemption des clous", bon titre, ça.

Bon. Plus aucun bruit fureteur. "Enfin seule !" Louise Brooks, par Crepax.

Le fil ténu (t'es nu comme ton fil, mec) qui me relie au real world fait encore mine (tu traces comme le bout de ma mine, mec, retourne-toi doucement, que je t'écarte la corolle)... fait mine de se tendre, mais au bout, au bout là-bas je craque !

Si tendre, viens-là, que je te claque la mine, mon coeur... Ô mon coeur ! pardon !

Au bout ? Que veux-tu dire ? De fin il n'y a pas. Ah ! Zulawski, à nouveau ta Possession me hante (> "Message d'accueil").

La last réplique. Le double du héros hurle, Adjani au faîte de l'escalier se retourne affolée : "Mais ça ne finira donc jamais !!!".

Par un soupirail elle disparaît sur les toits tandis que les avions de la Wehrmacht bombardent traçantes sifflantes feu d'artifice assourdissante apocalypse, moi cerné par la nuit dans un voyage dans le temps, tombé sous les bombardements les hurlements maisons en feu ça crie autour partout les explosions, affolement autour.

Affuté, calme, je distingue, là, à terre une enfant en pleurs, je la prends dans mes bras et sous la pluie de bombes la ville, volcan explose, qu'est-ce que je fous là moi sous le feu de la Wehrmacht, l'agonie hurle, le monde en flammes, des corps partout sous les éclairs apparitions funèbres.

Et je cours portant l'innocence à l'abri.

Générique de fin.

Au bout, rien. Pourtant je cours. "Car au bout de cette route / Là-bas / Se trouve la femme que j'aime / Qui dort / Dans les bras de celui qu'elle aime."

Rien au bout ? Le fil ténu, disais-je ?... mais tu vois bien, j'ai plus d'hameçon, Hamsun, à recevoir de quiconque, Knut, mon bel amant. D'you want nuts ?

- GO DOWN !!!

"Yeah yeah...", chante aguicheuse sublime Juliette Lewis dans  Natural Born Killers.

Tout autour, le désert. Juliette sourit, déesse triomphante : "I'm born bad !"

Mouvement de hanches, lascif. Les deux bras incurvés vers le ciel, poignets et doigts incaïques, et le ciel rougeoit tandis que passe au ralenti, immense, le white horse à la crinière de lumière, chapelet d'étoiles.

Gros plan sur le visage de Juliette Lewis, toujours souriante et ondulante, IMPLACABLE.

 

7 heures du mate

 

Oui, Juliette, ce qui me manque, maintenant que le brouhaha pleurnichard du monde s'est tu, la logeuse plus dans sa loge, l'agitation hors de mon gîte, et que les lettres de créanciers partout non ouvertes s'entassent, je m'en contrefiche ("Je regrette... Cessez de vous agiter, si vous restez tranquille vous ne souffrirez pas, - Je ne veux pas mourir !!! - Bang.")...

Ce qui me manque, c'est MA vie.

Et là me manque, depuis mon indéfectible résolution, là, maintenant toujours et à jamais, me manque TON sexe rouge, les corps mêlés et les muqueuses se cherchant frénétiques, douces et palpitantes, et la grâce d'une peau aimée qui me répond, l'insatiable désir mutuel, l'étonnement de revivre.

Je me suis levé sans raison, non pas de raison, sans peine, non pas de peine.

 

 

Terence

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Naïve 27/11/2006 22:24

Tu sais tu es un des rares que je prends plaisir à lire sur le CDC, tu apparais rarement, mais a chaque fois tu créé quelque chose, tu créé la polémique, c'est pour cela que je t'apprécie....Elisabeth

Lili 27/11/2006 11:40

Il y a tant de choses qui sourdent en toi... De jolies choses probablement. Mais je continue à affirmer que ce n'est pas suffisant. Je ne t'aimerai pas tant que tu ne t'aimeras pas. Vraiment.

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl