Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 07:48

 


Après trois jours de boulot. Chez moi, sur Linux, parfois sur Mac. Pas Windows, que je réserve à ce blog (pourquoi ?).

Trois jours à me défoncer, très peu de sommeil, et cette nuit je pouvais « enfin » dormir. Ouais, c’est mon organisme qui l’a demandé bien poliment, je lui ai fait une fleur, je suis décidément TROP bon, faut que je m’aiguise un peu. Sinon je vais encore me prendre une lame dans le dos.

Dormir avec la crasse immonde du sentiment du « devoir accompli », quelle faute de goût… Paris me corrompt.

Hélas ! Horrible nuit d’angoisses physiques. Rêves sublimes, mais me suis réveillé dix fois en total manque, et j’ai morflé.



Cependant, lever 2 heures du mate. Génial. Méga p’tit déj’ survitaminé, puis douche glacée pendant 20 minutes.

Ensuite, transformé en monstre, ½ heure de stair-machine réglée très lourd, 2 heures de muscu sur Kettler. Dont 20 mn de butterfly (mon exercice préféré) en mouvements très lents, hyper contrôlés, jouissance suprême.

Et ma ½ heure de sac de frappe. Mortel.

Messages répondeur… Elles veulent toutes me culpabiliser. Olenka, Muriel…



Tiens, faut que je raconte un jour ma rupture, avec celle-là , j’ai été une belle salope, j’étais un ado capricieux, aujourd’hui je fais gaffe à plus faire de mal à personne, longtemps j’ai pas été moi, mon vrai moi c’est qd j’étais gosse, que je faisais mes 4 heures de piano chaque matin AVANT d’aller à l’école à 8 h, j’étais un ange, je le redeviens, ce blog, comme qqn me l’a fait remarquer, c’est autant une « confession » qu’un journal intime.

Cependant je garde des traces de cynisme, je sais. Et de frime, je sais. De fatuité et de suffisance, grave. Mon bouclier. Je m’en passerai qd je me serai surarmé.

J’en sortirai. Déjà ces confidences. Et la solitude. Pour qu’on me croit, faudrait que je sucre les premières lignes de cet article ? T’as tout compris, merci. Mais j’écris pas pour convaincre. J’écris pour devenir un saint. Oui c’est mégalo. Et alors ? Désolé je fonctionne par excès, je l’ai déjà dit.

Basta.

  

 

6 h 24

 



Relu beaux passages de "La Voie du Jeet Kune Do", de Bruce Lee.

Je passe bcp de temps à m’imprégner de DVD de combats :  Le Sens du Devoir  3 et 4, Magnificent Warriors, Iron Angels, Lethal Lady, Angel Exterminator…

Triste et résigné. Je cultive mon « beau corps », comme ironise Léonard. Mais suis désespéré de plus pouvoir faire mes tractions du BOUT de deux doigts – comme je le faisais aisément chaque jour par longues séries entre 12 et 18 ans. C’est depuis peu que je me rends compte de mon effroyable faiblesse par rapport à mon adolescence – où ce genre de performances me paraissait la moindre des choses pour survivre.

Ne me reste que l’écriture. M’exorciser. De mes démons, cités ci-dessus. Mais surtout de ma totale schizophrénie entre l’être et le paraître. Que ça cohabite en moi en me détruisant, j’en peux plus. 

 

 

6 h 30

 



Je pense à la maman de Patrick Le Bris. C’est un truc douloureux, ça se passait fin 1988, j’avais à peine 14 ans, j’étais puceau. Elle vivait seule avec son fils, dans un petit deux-pièces minuscule de la rue Crébillon (Nantes).

Son fils était mon seul ami, et à l’époque nous passions notre temps dans les rues à tenter d’aborder les filles. Les filles me terrorisaient, c’était une terrible épreuve.

La mère de Patrick était merveilleusement belle, très brune et coquette. Son appartement était superbement meublé et décoré à l’ancienne, mais sombre et mystérieux. J’étais venu chercher Patrick, il n’était pas là. Elle m’a dit que j’étais beau, m’a demandé de venir avec elle dans le cabinet de toilette pour me peigner.

Je me suis assis, tout timide, devant la glace, et elle, debout, m’a passé le peigne dans les cheveux, les a caressés, et a regardé mon visage sous toutes les coutures, et m’a dit : « Oh ! On dirait que vous avez une petite déviation de cloison, quel dommage !... Mais vous êtes quand même très beau… »

Elle me parlait chaleureuse et troublante, j’avais peur… Je l’aimais, elle était si belle, et je la trouvais bizarre – et je trouvais aussi étrange qu’elle vive seule avec son fils, sans mari. J’avais 14 ans et j’étais envoûté…

Lorsque j’ai revu par hasard Patrick presque dix ans plus tard, en 2002 (lors d’un tournoi d’échecs), je lui ai tout de suite demandé des nouvelles de sa mère… Et j’ai appris qu’elle était morte !!! Dans un accident de voiture.

Je suis triste. Ce matin, c’est ELLE qui me manque. 

 

 

6 h 42

 



Quel blues en pensant à elle !

Comment une femme aussi jolie et vive pouvait-elle être aussi seule et malheureuse ?

Mon père la trouvait également hyper belle…

Il y a une douzaine d'années, je parlais à mon père (au téléphone). Je lui fais une petite confidence : c’est cette femme qui m’a appris l’amour… Stupéfaction muette de mon père, et je devine ce qu’il va me dire… Il l’a aimée... Il est sorti avec !...

Elle l’a quitté. Il voudrait bien savoir si j’ai vécu mon histoire avec elle avant ou après lui. Et ça monte crescendo. Tant d'années après, donc, une terrible querelle naît, jalousie entre père et fils. On s’adore pourtant. Mais il se met à me reprocher des trucs dingues. Comme de ne plus aller « à la messe » !!!

Et raccroche.

Il a voulu en reparler vingt fois. J’ai refusé. Je n’entrerai jamais dans ce jeu.

Mais je le comprends. S’ajoutant à l’impuissance de ne pouvoir haïr son rival (son fils !), ne pouvant que se haïr lui-même de sa naïveté. Trop d’orgueil. Pourtant je considère mon père comme un saint.

Ce matin cette femme sublime me hante. Enormément de mal à taper ces lignes. 

 

 

7 heures

 



A la radio, une fille intervient. Elle est aujourd’hui aux « Narcotiques anonymes », dit-elle (c’est quoi ce truc ?). Et elle raconte sa vie. Voix très jeune, vive et sensuelle, mais elle doit avoir dans les 35 ans.

- Premiers Quaaludes à 9 ans (elle dit « Mandrax »). Trouvés dans la pharmacie de ses parents.

- Dépucelée à 13 ans ivre morte (« volontairement », dit-elle [?]). Elle a adoré ça. S’enivrait tout le temps pour avoir plus de plaisir.

- A 18 ans, début de l’héroïne. D’abord des lignes. Puis des shoots.

- En 2003, crise cardiaque, coz trop de fix de coke. « Je shootais bcp de coke. »

- A arrêté la dope fin janvier 2004. Aujourd’hui joyeuse, pleine forme, cherche le sens de la vie.

J’entends :

« Pas de bien, pas de mal, juste l’ignorance de la connaissance [OK, continue…] Pour parvenir à la connaissance : A – Admettre qu’on a un problème de dépendance, et qu’on a besoin des autres. B – Passer de la microsociété à la macrosociété. Même chose. Et transmettre. »

Yes. 

 

 

7 h 10

 



Pour une short story à écrire d’après un souvenir de ma traversée du Sahara (gentillette, par « l’occidentale ») :

Titre : Le corbillard des sables.

Sous le soleil, j’écoute une mélopée arabe en rêvant aux filles. Celles qui sont les « croix renversées ». Je suis à Tan-Tan, non, plus au sud, sous El Aaioun on va dire. Non loin d’une plage, un abri en tôle ondulée. Des mouches tournent ici depuis des siècles, des caisses sont entassées là comme à l’abandon. Toute vie me paraît dérisoire. On est dehors. Il y a là le champion du Maroc junior du lancement du disque – quel soleil, quelle chaleur ! Tout le monde semble souffrir. Pas moi. J’ai l’impression ils se la jouent aventuriers. Des tout-débutants. Le sable se tamise dans le ciel à perte de vue – le mec a placé son coude sur une table de circonstance - deux caisses empilées -, il veut me faire un bras de fer, c’est rigolo (il se prend pour qui ?).

Moi je suis pas là.

J’écoute la mélopée lancinante d’une chanteuse berbère, mon esprit se promène halluciné dans l’entrejambe d’une fille, je porte le toit de ma solitude, je ne sais pas ce que je fais là, demain je traverse le désert, ça fait des semaines, des semaines… J’attends le corbillard rouge mené par un cochet de sexe aléatoire (mais il est nu et c’est une fille).

J’attends le corbillard qui me fera traverser le désert. 

 

 

7 h 35

 



Après sa traversée au-dessus des chutes du Niagara, au funambule Philippe Petit :

«  N’avez-vous pas peur, au milieu de votre fil ? »

D’une voix si humble, si douce, il répond :

« Peur ? Mais peur de quoi ?

- De tomber !

- … [???... C’est quoi, cette question…]

- De tomber, vous n’avez pas peur ?

- Mais je ne tombe pas. Je ne tombe pas... » 


 

 

Terence Carroll

Partager cet article

Repost 0
Published by Terence Carroll - dans Journal intime : mes Nuits
commenter cet article

commentaires

Derdre 25/11/2006 20:39

Oui, j'ai compris le truc, mais j'aime bien l'effet fantôme.C'est quoi ces provocations ???Si j'ai le temps, je post un poème ce soir...

Terence 28/11/2006 13:26

Ambiguïtés plutôt que "provocations"... Mais je fais amende honorable. J'ai répondu dans ton blog, Derdre.

Derdre 25/11/2006 16:04

Cher Terence,Le contact de mon blog existe, mais par une subtilité technique que je ne saurai t'expliquer, le mot n'apparaît que lorsque ton curseur se positionne dessus.D'ailleur si tu sais pourquoi, explique-moi...En gros, c'est tout en bas...Essaye, Spike  a réussi.Au plaisir le Beau.

Terence 25/11/2006 16:28

Tu as mis tous tes  /* liens des pages */  en orange foncé. Sur un fond orange foncé ça donne de l'invisible. Les /* liens survolés */ , ça va, donc, puisque tu les as choisis rouges. T'as donc juste à modif la "color" des liens de pages, plus claire, plus foncée, autre, dans ton CSS. Ou tu modif ton fond - tjrs cet or-ange...[EDIT] Spike, STP, tu prends toute la couv du plumard, c'est marre. Va illico falloir qu'tu dégages des pages d'mon polar, j'te l'dirai pas deux foires mon canard.

Lili 25/11/2006 15:15

Dans le fond de bonté qui dort en toi et que tu te dois de ne montrer à personne tu excuseras les fautes d'orthographe de mon commentaire précédent :  mes lettres finissent parfois par souffrir et s'emmêler de mes insomnies et du manque de repos.

Lili 25/11/2006 15:10

Tu peux continuer à me guetter. Je fais de même avec toi, mais ça ne te surprends pas, je le sais. J'attends que tu te sentes assez armer pour devenir celui que tu es. A ce moment je crois que peut-être nous aurons des choses à nous dire et à échanger.

Derdre 23/11/2006 04:37

Rien n'aurait pu le rendre si amerQue la tristesse d'un éphémèreTrompant la mort en batifolantSans plaisir sinon le temps qu'il prend...Je te dédie ces quelques mots le beau, ils traînaient perdus dans un vieux cahier... mais peut-être les avais-je sans le savoir écrits pour toi. Qui sait ?

Terence 25/11/2006 17:30

- C'est chaud, princesse !- Mon corps batifolantAu plaisir que tu prendsMoi, diamant,Te le dédie, amant.- Tu vas trop vite, Derdre...

Franciscoo 22/11/2006 11:45

Bonjour.
Je viens de te placer dans la liste des bannières à faire.
En attendant si tu peux me laisser des coms pour monter dans mon BR et voter dans WEBORAMA dans mes blogs tu serais sympa.
Merci d'avance.
Bonne journée

Terence 25/11/2006 17:19

Francisco, je remets à plus tard le design. Merci, tu fais des super trucs et on verra, si tu restes OK, une autre fois. Pour la gonflette du BR, désolé, je suis contre, par principe.

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl