Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Who Is Terence ?

  • : Toby Dammit's Trip
  • Toby Dammit's Trip
  • : Regarde-moi. Ne reconnais-tu pas le lieu inviolable de ton intime souffrance, la souffrance mirage, l'abîme avant le shoot et le suprême plaisir. Absorbe avec délice la douleur - au miroir que je te tends tu te reconnaîtras enfin - et t'envahira l'ultime extase que tu fuyais depuis l'enfance. Abandonne-toi.
  • Contact

Profil

  • Terence Carroll
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.
  • Ecrivain gigolo métaphysique à personnalité multiple, je me toque de l'excellente sorcellerie qui fait débusquer Dieu sous les jupes des filles. Night sky I'm sex and blood, no limit forever and ever. C'est sans espoir. Pourvou qué ça doure.

Twitter

Recherche

Bienvenue

 

Moi-moi-rien-que-moi-Terence-Carroll-021-juil-2013-copie-1.jpg

 

Me joindre >>  CONTACT   

  ... sur Facebook :  
=>   Terence_Carroll  

  ... sur Twitter :  

=>    

 

I miss you, but I hav'n't 
          met you yet
               

 

 
 

      @Yes, it's me !@ 
     




Vote for my site : CLIC

 

 


[mmmmmm] 

 

CURRENT MOON



View blog top tags



A genius : la pianiste
HIROMI  UEHARA  :

 

 
"Mon amour, murmura-t-elle, 
nous allons nous appartenir 
dans un pays étrange que tu ne connais point.
Ce pays est celui des fous.
Je viens te dépouiller de tes sens vulgaires 
pour t'en donner d'autres plus subtils, 
plus raffinés.
Tu vas voir avec mes yeux, 
goûter avec mes lèvres.
Dans ce pays, on rêve, 
et cela suffit pour exister."
 
 
(Rachilde, 1885)





Träume (by Françoise Hardy)
"Tropfen auf heisse Steine"

 





Locations of visitors to this page

    Localisation  
 de mes passagers clandestins


(ci-dessous : online)

web stats



 

Nous ferons de grandes choses
Je t'aime

                                   Terence   

 

Twitter

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 06:04


Ce matin, surpris de m'être réveillé, je me prends pour mon propre fantôme.
Hier soir, sur mon journal papier, j'avais écrit ceci... 




Puis j'avais gobé, avec qqs verres de cognac, un peu trop (euphémisme) de ceci...

 

Et ce matin je me retrouve - normal - dans le néant, sauf que ma lampe de chevet est restée allumée, merde !...

"Qd je pense à une histoire de fantômes, je songe à des fauteuils à bascule qui se balancent tout seuls, à des cris qui retentissent dans une pièce vide, à des enfants frileusement serrés près d'un vieillard au long visage austère racontant - le verbe grave et l'accent lugubre à souhait - de sinistres histoires de défunts..."

Un truc dans le genre.

Je pense souvent à moi comme une enfant perdue de toute éternité, à jamais consciente d'être perdue et seule. Claudia, l'enfant vampire décrite par Ann Rice, résignée, peignant sa crinière blonde avec en fond sonore le terrible battement du Coeur Récalcitrant d'Edgar Allan Poë. 

Je me pense en orpheline de toute l'humanité.

Dans les contes (Andersen, Grimm,... jusqu'à Wilde), souvent on lit ce genre de phrase dite par une jolie nana dépenaillée, aux yeux tristes et à la longue chevelure à la gipsy :

-  MAIS QUI VOUDRAIT D'UNE PAUVRE ORPHELINE ?...


Ma lampe de chevet                             




Terence Carroll

Partager cet article

Repost 0
Published by Terence Carroll - dans Journal intime : mes Jours
commenter cet article

commentaires

Fran 30/06/2008 15:54

Je souhaiterais que tu postes plus souvent, c'est toujours plein d'émotions tes posts, j'aime bien lire ce que tu ressens, car ces fauteuils à bascule me font toujours peur.
Et me vieillard qui raconte de sinistres histoires, c'est pas banal.
Merci pour tout ça !
xxFran

Handi@dy :0016:conférence du handicap:nous aussi on veut du caviar, des rolex et des ray-ban et sortir un CD comme CARLITA! 23/06/2008 20:40

Ce que tu écris (le journal papier, très petit pour moi, mais j'ai compris la présence de l'idée de la mort...) m'évoque les films d'horreur muets en noir et blanc de début du siècle.
Le désespoir de l'enfant vampire, les films d'horreur japonais récents... Ou encore le film où une créature horrible, blanche laiteuse, dégoulinante, sort de l'écran pour entraîner avec elle ceux qui la regardent...
Nous sommes seuls avec notre fantôme de nous-mêmes, et le risque de basculer doit nous faire réagir, tirer vers le jour, la lumière, la vraie, celle du soleil.
Pourtant, il est bon parfois de se recroqueviller dans le noir, de se blottir à l'abri de tous, dans des paradis artificiels. La noirceur donne le vertige, elle est parfois doucereuse, un refuge moite.
Quand le spleen m'attire, la vie réelle contrebalance: êtres vivants dont je prends soin, depuis mes plantes jusqu'à mes animaux, et je ne me sens plus orpheline, mais mère nourricière. BIZ

Passagers du RSV BlogCatalog

 

        repérés 

View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile View My Profile

Powered by BlogCatalog

 

Mes dieux

Edie-5.jpgjuliette-lewis07-th.jpgGary-Oldman-2.jpgLinda-L--.jpgVal--rie-Val--re-copie-2.jpgImage Hosted by ImageShack.us Free Image Hosting at www.ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us     Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us


    and  Becky    
   

http://girlinshortshorts.blogspot.com 
a postmodern neo-feminist
libertarian cyberpunk gay girl